Cet ouvrage raconte une histoire que résumait ainsi le chef du Service en 1941 : "Autrefois, l'Inspection était pour presque tous une carrière que l'on parcourait depuis l'admission jusqu'à la retraite.Aujourd'hui, l'Inspection est, pour la plupart des jeunes, un tremplin d'où ils s'élanceront vers d'autres postes. Autrefois, la qualification d'inspecteur des Finances était l'intitulé d'une fonction. Aujourd'hui, elle est un titre employé à se faire ouvrir toutes les portes". Entre 1918 et 1946, 355 inspecteurs des Finances, ayant en commun la réussite au concours, ont progressivement délaissé leur métier et l'Inspection "souffrante" au profit de leur carrière et de l'Inspection "dirigeante" ou "triomphante", établissant, particularité française, une position hégémonique sur les finances publiques et privées.Cette étude du marché de l'emploi des inspecteurs dans la conjoncture politiquement et économiquement contrastée des "trente tumultueuses" s'appuie sur l'analyse quantitative des emplois et sur l'étude qualitative de l'offre, de la demande et des mécanismes d'ajustement établis consciemment par les inspecteurs et leurs employeurs pour assurer la prééminence du corps. Si les effets de cette domination ne sont pas occultés, l'essentiel de l'ouvrage porte sur ses étapes, ses limites et ses causes autant endogènes qu'exogènes.Parmi elles, les besoins des ministres des Finances successifs d'imposer leur autorité sur l'appareil d'Etat et dans l'économie comptent autant, sinon plus, que la diversité des ambitions héritées ou transmises par les camarades.