Dans les annes soixante, l'Afrique avait accdl'indpendance.Cette indpendance fut fte en grande pompe. Mais, prs d'un demisicle aprs, l'Afrique se cherche encore. Parfois on se demande si ellesait o elle se trouv. Parfois ce sont les autres qui viennent lui dire,tu es mal partie, ou alors qui se demandent si elle partira.C'est sr, l'Afrique est partie, mais mal partie. Non pas mal partieparce que l'avnir est obscur, mais parce qu'elle avait pris un mauvaisdpart. Les rails qu'on luifait emprunter au dpart n'taient pas labonne voie. C'tait la voie de la perte. Le jeut fauss au dpart, onla pressait d'aller sur cette voie, celle-l qui ne pouvait la mener qu'augouffre, et pourtant ellelaiss toutct les rails de la libert, dudvloppement et du progrs. Tous ses fils qui voulaient d'une vraieindpendance ont t limins, le destin de l'Afriquet mis entre lesmains des Africains qui taient disposslaisserl'Occident les mainslibres en Afrique, qui taient dispossremettre l'Afriquel'Occidentaprs la soi-disant indpendance qu'il luiaccorde, ce qu'ils n'ontpas manqu de faire. L'Afriqueainsi pris un mauvais dpart. Il esttemps que cela cesse, que les erreurs commises soient rpares.Mikhal Gorbatchev disait dans Perestroka : Ces pays (les pays envoie de dvloppement) ont leurs intrts nationaux particuliers. Desdcennies durant, ce furent des colonies, qui ont lutt avc obstinationpour leur libration, qui ont acquis leur indpendance, et quidsirent amliorer la vie de leurs citoyens, utiliser leurs ressourcescomme bon leur semble, difier une conomie et une cultureindpendantes. Oui, il est temps que cela se ralise.